Rechercher

S'habiller selon sa morphologie




S'habiller selon sa morphologie, c'est un conseil auquel on n'a pas vraiment pu échapper dans le cas où on ne vivrait pas dans une grotte coupée du reste du monde. Alors, est-ce ça le Saint Graal de la mode ? La réponse parfaite ? Peut-être bien, mais le problème, c'est que le concept est totalement galvaudé, biaisé par la représentation du "corps parfait" véhiculé et promut par la pensée collective.


S'habiller selon sa morphologie, qu'est-ce que cela veut dire aujourd'hui (en tout cas, lorsqu'on est une femme ou assignée comme tel) ? Que cherche-t-on à faire exactement lorsqu'on nous assène ce conseil finalement bien vague et très subjectif ? Mon avis strictement personnel est qu'on nous pousse tout simplement à "tricher" avec notre corps de manière à le conformer le plus possible avec l'injonction du corps mince mais pas maigre, élancé mais pas grand, voluptueux mais pas gros, bronzé mais pas trop, ferme mais pas musclé et j'en passe des meilleurs !


J'ai aussi lu récemment (juste avant d'écrire cet article, en fait) une autre théorie qui disait qu'en réalité, s'habiller selon sa morphologie, c'était surtout travailler à "mettre ses atouts en valeur, honorer sa féminité, trouver une harmonie dans son corps" bla-bla-bla. Si vous n'en n'êtes pas à votre première lecture sur ce blog, vous savez pertinemment ce que je pense de ce type de conseils : sous couvert de bienveillance, ils restent au final des injonctions. Mettre ses atouts en valeur aurait-il le même intérêt si nous étions tous aveugles ? Honorer sa féminité, qu'est-ce que cela veut dire si on ne correspond pas à l'idéal que les gens se font d'une "femme" ? Et si on a pas envie d'être femme ? Et si on ne sait pas si on est femme ? Trouver une harmonie dans son corps, mais quelle est la définition de l'harmonie, au juste ? N'est-ce pas juste un autre mot pour parler encore de l'idéal standardisé qu'on nous vend à longueur de temps ?


Si je n'utilise jamais le terme de morphologie, c'est parce qu'à mes yeux, il sous-entend quelque chose qui peut finalement s'avérer très dangereux dans la quête d'un rapport au vêtement (et au corps) plus serein et sans prise de tête : il y aurait des morphologies semblables, triables en quelques catégories et ce qui correspondrait à l'un des éléments la constituant serait à prendre pour argent comptant pour un autre, pour peu qu'il appartienne à la même "famille de corps". #bullshit !


Alors peut-être est-ce vrai, mais j'ai l'esprit de contradiction. Je ne supporte pas qu'on me dise ce que je dois faire, et si je dois arriver quelque part, ça sera par mon propre chemin. J'ai toujours été une enfant très têtue, et ce n'est pas à l'âge adulte que cela va changer. Oui, peut-être qu'ayant des hanches plus larges que mon buste, je finirais par apprécier les coupes trapèzes, mais eh, et si je passais à côté de quelque chose ? Et si en fin de compte, malgré tout ce qu'on aurait pu me dire, je ne me trouve jamais aussi belle (ou juste "bien") que dans une coupe droite, n'en déplaise aux puristes de la mode ? N'en n'ai-je pas le droit ? Si, j'en ai le droit et vous l'avez aussi. Affranchissez-vous de tous les messages que vous avez entendu, il est temps de faire table rase et de vous fier à un nouveau mentor : vous-même.



La seule chose que j'aimerais vous suggérer, c'est de vous connaître vous-même, et de vous observer régulièrement. Quand je parle d'observation, ce n'est pas uniquement à travers le reflet du miroir, mais c'est également par rapport à vos comportements, à vos réactions, vos sensations. De chercher à tout prix votre confort, votre bien-être, ce qui vous fait du bien. Si je dois donner un exemple personnel, j'aime particulièrement les emmanchures américaines, celles où les épaules sont bien dégagées. Pourquoi ? Parce que lorsque je me vois en porter, cela me plaît. J'aime la forme de mes épaules et j'apprécie beaucoup de les voir ainsi. Cette coupe me donne une impression de puissance, j'ai le sentiment qu'avec ce type de vêtement je pourrais déplacer des montagnes et mettre le monde à mes pieds ! Et je n'ai strictement aucune idée de ce qu'en penserait la police de la mode. Peut-être aurais-je raison à leurs yeux, peut-être aurais-je tort ? Je ne sais pas, et je m'en fous. L'important, c'est que l'impression vienne de moi, et de personne d'autre.



Je vous remercie pour votre lecture et vous dis à Vendredi prochain pour un nouvel article.